Juin 2014 : Les ours de Finlande

Un peu plus d’une année s’est écoulée depuis notre dernier séjour en Finlande. L’ami Olivier et moi étions impatient de retrouver nos ours finlandais (ou russes, étant donné la proximité avec la frontière, impossible de le savoir).

Début juin c’était donc repartis pour ce petit séjour dans la forêt finlandaise, dans les affûts du Boreal Wildlife Center pour 3 nuits de 15 heures d’affût chacune. Etant donné les conditions incroyables et le nombre d’observations réalisées en 2013, nos attentes étaient très élevées, un peu trop peut-être. En effet, nous avions probablement un peu négligé un certain aspect, la nature et le rythme auquel elle évolue. Un rythme qui ne se commande pas et une nature avec laquelle on ne prend pas rendez-vous. Madame ne reçoit pas sur commande, elle donne, elle partage mais selon son bon vouloir!

De plus, en 2013, nous étions partis au début du mois de mai, lorsque les ours sont encore en phase de reconstitutions de leurs stocks de graisse après une longue hibernation. Alors qu’au début du mois de juin la situation est toute différente. En effet à cette période les ours sont bien plus occupés à assurer leur descendance qu’à manger. Ceci dit, cela nous aura permis quelques observations encore inédites tels que cette maman ours et ses deux petits oursons âgés de 14 mois environ. Nous n’avions encore jamais observés de jeunes ours dans cette région. Le premier soir, nous les avons vu sortir ensemble de la forêt mais un mâle en chaleur était brièvement passé à l’orée du bois. Le second soir, la mère, à nouveau présente avec ses petits les a chassés pour les protéger, alors que le mâle approchait et qu’il n’aurait pas hésité à les dévorer pour s’attirer les faveurs de la femelle (oui… drôle de meurs chez les ours mais il en va de même chez presque tous les super prédateurs). Le dernier soir enfin, nous avons vu les petits seuls, signe que leur mère avait non seulement décidé de les éloigner du mâle qui s’intéressait à elle mais également qu’il était temps pour eux de vivre leur vie sans maman. Après une visite des petits oursons, nous avons ainsi vu la mère en galante compagnie, visiblement prête à préparer une nouvelle portée pour 2015.

Toutes ces scènes nous ont vraiment ravis, c’est une chance d’assister à une tranche de vie de la nature et de pouvoir l’observer ainsi. Notre seul regret cependant, et non des moindres, est que tout cela s’est déroulé sous notre nez, chaque soir, une fois la lumière du jour passée. La météo qui n’était déjà pas vraiment idéale n’ajoutait que plus d’obscurité et de difficulté à la photographie de ces précieux moments. Et pendant les cours instants ou nous avons eu droit à des lumières de feu les ours étaient malheureusement absents.

Mais comme dit plus haut, c’est ainsi, la nature nous offre ce qu’elle veut et c’est à nous de relever le défi pour essayer d’en tirer le meilleur possible. Au final nous avons donc passé beaucoup plus de temps à attendre que les années précédentes, beaucoup moins de photos mais de belles observations.